10 actions pour aider les pollinisateurs à survivre!


Mon partenaire, FOREVER LIVING PRODUCTS, possède dans son catalogue une gamme complète issue des produits de la ruche. Le miel, le pollen, la propolis ainsi que la gelée royale sont autant d'ingrédients réellement bénéfiques pour l'homme. Leurs ruches étant implantées loin de la civilisation et loin d'un maximum de sources de pollution. Par conséquent, ces produits font partis des plus pures que l'on peut trouvé sur notre planète Mère. Mais malheureusement, de moins en moins d'endroits sont épargnés par les activités humaines. Les plateaux semi-désertiques de Sonora en Arizona, d'Andalousie en Espagne ou les plaines d'Ukraine sont les quelques lieux où les abeilles peuvent encore vivre et prospérer en toute sécurité. Les abeilles sont nos amies depuis la nuit des temps et les humains, qu'elles nourrissent et soignent, sont en train de les exterminer avec leurs pesticides écocidaires pour satisfaire les lobbys du monde agro-chimique comme : Le laboratoire Bayer, spécialisé dans la santé humaine, animale... et la fabrication de pesticides. (sur le point de racheter l'entreprise Monsanto)

Syngenta, ( issue de la fusion en novembre 2000 des divisions agrochimiques des sociétés AstraZeneca et Novartis )

Monsanto, ( En 1999, Pharmacia & Upjohn fusionne avec Monsanto, avant de scinder l'année suivant les activités du nouvel ensemble liés à l'agriculture dans Monsanto, Pharmacia par cette double opération se concentrant sur les produits pharmaceutiques. En 2002, Pfizer acquiert Pharmacia. Comme quoi, ils sont tous de mèche. Chaque groupe possède sa fabrique de pesticides et de produits pharmaceutiques. L'un empoisonne, l'autre guérit !! C'est sans compter leurs ennemis jurés qui sont le frelon asiatique, bactéries et autres parasites (comme certains acariens).

Les 10 actions pour aider les pollinisateurs à survivre !

1- Les enfants doivent savoir ! Une des principales actions que l'on puisse mener est d'informer les enfants sur le pourquoi du comment on en est arrivé là, et leurs inculquer les bonnes pratiques pour enrayer ce désastre sans nom. Ainsi, faire participer les enfants en les emmenant par exemple découvrir une ruche locale est un bon début. Cela permettra dès le plus jeune âge à leurs faire découvrir le métier d'apiculteur ainsi que de les sensibiliser à l'importance de la sauvegarde des pollinisateurs.

Exemple de programme d'atelier : https://www.yeswegreen.org/experiences/atelier-parents-enfants-apiculture-fabrication-de-miel-fontenay-bois/

2- STOP aux néonicotinoïdes : Pour citer Antoine De Saint Saint-Exupéry:"Nous n'héritons pas de la terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants". Les néonicotinoïdes sont des pesticides qui tuent les abeilles mais pas seulement. Les insectes pollinisateurs en général, ainsi que les oiseaux et les poissons. Ce satané produit est dit systémic, c'est à dire qu'il enveloppe la graine de la plante. Ainsi, il se propage dans celle-ci durant sa croissance jusqu'à sa floraison. Seul 10% du produit actif est consommé par la plante. 90% reste en terre durant des années. Sans compter qu'une partie est entraînée vers les nappes phréatiques pour y rester là aussi, très longtemps. Les animaux et les hommes s'empoisonnent donc eux aussi avec cette eau

« néonicotinoïdique ». 3- A table ! Faire pousser des plantes et des fleurs mellifères partout où c'est possible. Partout ! Le long d'une clôture, en jardinière, dans un coin du potager, un massif, le long d'une pergola, sur un balcon...

Pour les abeilles : Plantes aromatiques : Lavande, Origan, Thym, Menthe Buddleia, Sauge, Mélisse, Sarriette, Romarin...

Fleurs annuelles: Bourrache, le Myosotis, Coquelicot, Souci, Bleuet, Dahlia, Cosmos, Marguerite, Mauve sylvestre... Fleurs vivaces : Scabieuse, Phacélie, Véronique petit-chêne, Achillée, Sauge des prés, Centranthe rouge, Ancolie, Fenouil bronze, Agastache, Eupatoire, Nepeta, Reine des prés, Verveine de Buenos Aires, Aster d'automne, Pissenlits … Arbustes : Abelia, Giroflée arbustive, Lilas du Mexique...

Pour les papillons : La Linéaire commune, Coquelourde des jardins, Lunaire, Chèvrefeuille des haies, Compagnon blanc, Saponaire, Grand sedum, Valériane des jardins, Abelia de Chine,

Autres pollinisateurs : (Vanesse du chardon, bourdon, syrphe, halicte...) Tournesol, Chardon, Tussilage, Bardane, Cirse

Sans oublier les arbres tels que le Cerisier, le Boulot, le Tilleul, le Pommier, le Prunelier, le Noisetier ... Le mélange Noé pollinisateurs sauvages est une autre alternative car ce kit propose un mélange de graines provenant d'une trentaine d'espèces de fleurs destiné à tout type de pollinisateurs, à langue courte, longue ou à trompe.

4- Chez nous ! Privilégier le miel local et de qualité, c'est soutenir les abeilles et les apiculteurs. De plus, ces abeilles ont contribué au travail de pollinisation et de reproduction des plantes et fleurs de votre région. Les apiculteurs œuvrent pour prendre soin de leurs colonies. Acheter local est donc aussi une reconnaissance pour leur travail et leur permet de vivre de leur métier..

5- Forêt vierge ! Laissez pousser l'herbe dans son jardin ! Laissez une bande de votre pelouse sans la tondre pour laisser les petites fleurs, pissenlits, pâquerettes,...se développer. Laissez la nature reprendre un peu ses droits ! Cela s'appelle le jardinage raisonné ! Bannir les pesticides de vos potagers, allées, et autres parterres est une évidence. Mais quand je vois les caddys dans les jardineries, quelques choses me dit que se n'est pas acquis pour tout le monde ! Il existe tellement de moyens naturels pour se débarrasser des soi-disante mauvaises herbes ou autres soi-disant parasites (escargots, limaces, taupes) que je ne comprends pas qu'on continue à acheter du chimique. Surtout maintenant avec les sites internet et les livres qui traitent (sans jeu de mots) de ce sujet.

6- Offrez le gîte ! Installez une ruche dans son jardin ! Il est vrai que ce type de projet demande de l'investissement, du temps pour suivre une formation...mais qu'elle belle aventure ! Et participer à la sauvegarde d'une espèce, n'est ce pas gratifiant ? Certes, tout le monde ne pourra pas forcément installer une ruche dans son terrain car ne répondant pas aux exigences de la législation. Donc renseignez vous avant de vous lancez ! Extrait de la législation ( article 211-7 du code rural) : "Ne sont assujetties à aucune prescription de distance les ruches isolées des propriétés voisines ou de la voie publique par un mur, une palissade en planches jointes, une haie vive ou sèche d’une hauteur de 2 mètres au-dessus du sol et qui s’étend sur au moins 2 mètres de chaque côté de la ruche".


Toutefois cette tolérance ne s'applique pas si les propriétés voisines sont des habitations ou des établissements à caractère collectif recevant du public. https://www.ruche-naturelle.fr/l%C3%A9gislation/ Passez cette étape, l'autre frein peut être d'ordre financier pour l'achat de la ruche. Dans ce cas, construisez la ! Voici quelques plans à télécharger. https://www.permaculturedesign.fr/wp-content/uploads/2016/12/Gentiana_Plans-de-construction-de-ruches-Layens-verticales_2008_fr.pdf https://www.permaculturedesign.fr/wp-content/uploads/2016/12/Gentiana_Plans-de-construction-de-ruches-Warre_2008_fr.pdf Il existe aussi des ruches plus petites, en paille. Elle sont appelées aussi ruche de biodiversité, ou ruche de sauvegarde. Tout le miel emmagasiné est laissé aux abeilles, comme cela se passe dans le cas d’une colonie naturellement installée dans un tronc d’arbre creux http://www.apistory.fr/pages/rucheenpaille.html Dans tous les cas, pensez à souscrire une assurance responsabilité civile et protection juridique pour vos ruches. L’ article 1385 du Code civil indique: "Le propriétaire d'un animal ou celui qui s'en sert, pendant qu'il est sous son usage, est responsable du dommage que l'animal a causé, soit que l'animal fut sous sa garde, soit qu'il fut égaré ou échappé".

7- Bienvenue à l'hôtel ! Les hôtels à insectes sont aussi une bonne alternative pour accueillir des insectes pollinisateurs dans votre jardins, et pas que ! Les coccinelles, pince-oreilles et autres renforceront la biodiversité de votre potager !

Ils en existent de toutes formes, à fabriquer soi-même ou à acheter dans le commerce. Le gros avantage est qu'il n'y a pas de législation pour pouvoir les installer, mais sachez qu'il vaut mieux les implanter au sud, à l'abri des vents froids !

Sachez que ̴ 80% des abeilles sauvages niches dans le sol. Vous pouvez alors réservez une surface de 1m² pour réaliser une nid naturel. Faites un cadre en planche de 1m sur 1m, enterré de 30 à 50 cm dans le sol pour limiter l'accès aux racines les plus proches et réchauffer le milieu. Déposez dans le fond des cailloux et/ou des galets puis remplissez d'un mélange de terre et de sable. Mettre un grillage sur le dessus afin de les protéger des lapins ou autres déjections de chats.

8- Payez votre tournée ! Aménagez un point d'eau ! Pour entre autre nourrir leurs larves, les abeilles ont besoin d'eau fraîche. Une ruche peut consommer jusqu'à 50 litres d'eau durant la belle saison. Un lieu à proximité où elles pourront s'abreuver sera bienvenue. Juste prévoir peu de profondeur sur les contours du point d'eau, avec quelques cailloux pour qu'elles puissent se poser dessus sans se noyer ! Quelques bouchons en lièges coupés en deux dans le sens de la longueur et posés sur la surface de l'eau feront de bonnes bouées de sauvetage en cas d'atterrissage loupé !

9- A l'attaque ! Les pesticides ne sont pas les seuls ennemis des abeilles, bien que principal ! Les abeilles doivent être protéger de leurs prédateurs comme le frelon asiatique et aussi du Varroa, un acarien.

Concernant le frelon asiatique , il faut savoir que moins d'une dizaine de ces insectes peuvent décimer une ruche entière en très peu de temps. L'installation de piège à frelon à proximité de vos ruches et hôtels est donc vraiment important pour la pérennité de votre colonie. Voici un lien pour quelques idées: http://anti-frelon-asiatique.com/

Quant au Varroa, c'est un acarien parasite venu lui aussi d'Asie qui détruit à petit feu des ruchers entier en se nourrissant de la lymphe des abeilles, mais aussi des larves et des nymphes. Il est très difficile de les éradiquer. Encore une fois, l'utilisation de pesticides est employé la plupart du temps mais d'autres solutions existent comme l'acide formique (on s'est rendu compte que les ruches ayant pour hôtes des fourmis n'étaient pas infestées par ces petites bêtes), mais est très contraignant à utiliser. L'autre solution serait l'utilisation d'huile essentielle d'Eucalyptus Globulus, appliquée sur une languette en bois puis déposée à l'entrée de la ruche. Quelques liens : http://www.abeille-et-nature.com/index.php?cat=traitement&page=varroa https://www.ruche-naturelle.fr/traitement-du-varroa/ 10-Participez ! Vous pouvez être acteur de la protection des insectes pollinisateurs en adhérent à des associations et ainsi agir et participer avec les apiculteurs au même combat: la sauvegarde de l'espèce. Vous pourrez bénéficier d'appuis lors des problèmes rencontrés et de prix préférentiels concernant les abonnements aux parutions et aux outils pédagogiques. https://www.unaf-apiculture.info/nos-services/j-adhere-a-l-unaf.html Le parrainage est un autre moyen qui mérite d'être mis en avant. Des associations se démènent pour défendre les abeilles et les apiculteurs.


Cet article est terminé, mais le chemin est encore long pour lutter contre les menaces qui planent sur la nature mère. Je vous invite à le diffuser au maximum afin de toucher le plus de monde possible et pour qu'il y est des hôtels et des ruches partout ! Merci !


#abeille #produits de la ruche #miel #pollen #propolis #geléeroyale

0602221170

©2019 by Laurent Cailler. Proudly created with Wix.com