IMG_20170730_204911 (2).jpg

MON HISTOIRE

Mon parcours professionnel est loin d'être atypique et beaucoup d'entres vous je pense se reconnaîtront dans mon périple.


Mais avant de vous parler de cela et des raisons pour lesquelles je me suis tourné vers Forever, brève présentation du bonhomme ! (je vais faire cours, rassurez vous! ).


Je me nomme Laurent Cailler, génération années 70, d'origine Tourangelle mais domiciliant dans le Loiret. (pour le boulot) Jusqu'à ma majorité, je vivais chez mes parents à la campagne. Mode de vie rural, proche de la nature, loin des villes, loin du bruit. Culture du potager, chauffage au bois, jeux de plein air... que du bonheur !

Une fois mon CAP - BEP en électrotechnique en poche, je pars de la maison à 19 ans pour suivre mes études sur Orléans, en internat.

Je passe mon Bac Pro en Equipements et Installations Electriques. Plutôt que de gravir les marches vers un BTS, je prends l'option de passer un second Bac Pro en Pilote des Systèmes de Production Automatisés. Je mise sur la polyvalence pour ensuite monter les échelons au sein de l'entreprise.

Et après, la vie active!

Une fois le Service National effectué, je trouve un contrat rapidement et me lance corps et âme dans le secteur Pharmaceutique. En 7 ans, je passe de grouillot de service à responsable de lignes de production, puis chef d'équipe en passant par formateur, technicien de conditionnement. J'enchaîne les mandats au CHSCT et prends la casquette de HSE (Hygiène Sécurité Environnement) au sein du service.

Mais l'industrie reste l'industrie. Le rendement, la productivité, les chiffres priment sur l'humain. Très peu de reconnaissance et ce sentiment incessant d'être qu'un numéro. Ce sentiment de ne pas travailler pour une bonne cause, mais pour des actionnaires qui ne pense qu'à une chose. Rentabilité. Retour sur investissement. Optimisation....

Je décide finalement de partir et de me relancer dans une formation pour vivre d'une passion, la moto. Je passe ainsi mon CAP - BEP - Bac Pro Maintenance des Véhicules Automobiles option moto, en formation adulte, en 1 an. J'obtiens les diplômes avec mention "Très Bien". 

J'ouvre mon autoentreprise en 2009. Mais ce n'est pas la bonne période à cause de la pseudo "crise". Les banques ne prêtent pas. Je décide d'auto-financer l'entreprise, construire avec mon père un atelier sur notre terrain.  

Mais c'est compliqué. Je n'arrive pas à dégager de salaire, je me remets par conséquent sur le marché du travaille en intérim et enchaîne les missions en pharmaceutique, cosmétique. Cumulant 2 boulots, je passe plus de temps en bleu de travail qu'à la maison. Je ferme l'entreprise en  2013 pour continuer dans l'industrie. Agro-alimentaire, métallurgie. 

C'est de pire en pire. J'ai travaillé dans la majorité des industries de ma région, et le nombre de mission est limité par site. Les portes se ferment de plus en plus, et çà paye de moins en moins. J'étudie de nouveaux horizons, m'inscrit pour faire un bilan de compétences, réalise de nouvelles études de marché. Un food truck végétarien, puis une librairie sur l'auto-formation sont des pistes qui me plaisent. Mais les risques sont grands, les finances au plus bas. Il faut payer la maison, les factures et la cantine de la petite.

Une fois de plus, je me relance dans une formation. Les plateformes logistiques poussent comme des champignons. Je retourne somme toute en classe pour passer mes permis CACES 1 - 3 - 5, avec succès.

A quoi bon, ils en cherchent à la pelle, mais ne veulent que des caristes confirmés, expérimentés. C'est la panade, mais je suis du genre tenace. Je finis par trouver une mission sur une grande plateforme logistique, mais en conducteur de ligne de production avec du management. Entre 4 et 10 personnes à gérer. C'est un boulot en équipe 2x8, payé au lance pierre. On est loin de la rigueur, de la qualité et des procédures pharma-cosmétique.

 Mais bon, faute de mieux.

Je m'accroche jusqu'à ce que mon chef d'équipe parte à la retraite, peu de temps après.

Ils me positionnent sur le poste. Responsable d'atelier de conditionnement, 19 lignes, 50 personnes à gérer, 1300 euros net. J'hallucine. Ils me vendent le bébé en m'expliquant qu'il y a des primes de rendement. C'est la goutte d'eau. Ils ont décidément réussi à me dégoûter de l'industrie ! 

Rebelote ! Je cherche du boulot, si possible dans un autre domaine. D'autres cartes sont à jouer. J'ai mes permis poids lourd et super poids lourd. Etant autodidacte, je fais quasiment tous les travaux dans la maison. A voir. 

Je me rend donc sur les forums pour l'emploi. Plusieurs rencontres pour le moins hétéroclites se présentent,comme une société de paysagiste, conducteur de tram ou de bus, mécanicien dans le BTP... Rien qui ne me motive plus que cela.


Je me dis que je suis, comme d'habitude quelques peu exigent et idéaliste. En parlant d'idéal, je me pose ces questions. Quel serait le poste rêvé pour moi? Selon quels critères?  

Devant une feuille blanche, j'écris les mots suivant:

  • choisir ses heures et jours de travail

  • choisir les dates de mes congés

  • choisir mes coéquipiers

  • pas de patron

  • une bonne paye

  • pas d'administratif

  • autonomie

  • valorisant

  • humain

  • relationnel

  • participatif

Ce n'est plus un idéal, mais une utopie. Jamais je ne trouverai un travail rassemblant tous ses mots.

Eh bien figurez vous que si, je l'ai trouvé!

Je marchais comme d'habitude, avec ma pochette rouge remplie de CV, dans une salle des fêtes où été installés nombre de stands d'entreprises à la recherche de candidats. Et au détour d'une allée, je tombe sur un stand, tenu  par 2 personnes. Une femme et un homme. Il n'y avait personne d'assis sur leurs chaises. Ma première idée était que je n'avais rien à y faire. Les panneaux publicitaire présentaient des plantes d'aloé vera et cela ressembler à une entreprise recherchant des commerciaux pour vendre leurs produits. Je ne suis pas commercial pour un sou.

Mais malgré tout, ce stand m'attire et ces 2 personnes m'ont l'air sympathiques. J'ai tout de suite reconnu la plante car je m'y intéresse. J'en ai une à la maison qui me sert en cas de plaie ou de brûlure. J'aime les soins naturels par les plantes, les huiles essentielles, et tout le toin-toin. Je ne risque rien, je m'assois et discute avec eux.

Euréka! Le courant passe tout de suite! Ils me rassurent et me confirment qu'ils ne sont pas à la recherche de commerciaux, mais de conseiller-distributeur. Ils me parlent de leurs produits, de hautes qualités, sans égal fournit par leur partenaire Forever Living Product. Après quelques explications sur leur concept et leur façon de travailler, je décide de prendre rendez vous pour une réunion de présentation de la société en question.

Etant comme St Thomas, qui ne croit que ce qu'il voit, je vérifie et recoupe toutes les informations sur internet et parmi mes connaissances, histoire de ne pas se faire entraîner dans une aventure sans  issue. Tout concorde, tout ce que m'ont dit ces gens est vrai.

Je me rend donc à cette réunion, proche de chez moi. C'est dans une petite salle, simple et sans fioriture. Nous serons 3 personnes à écouter et regarder la présentation projetée sur cet écran. Je suis conquis, mais encore méfiant. De toute façon, il n'y a pas de forcing, cela se fait naturellement, au bon vouloir de chacun. Je prends néanmoins sa carte de visite, au cas où.

Arrivé à la maison, je prends une feuille blanche et écris toutes les questions qui me passent par la tête. Surtout concernant le statut d'indépendant et le fonctionnement du plan de carrière. Je fixe par la suite un rendez-vous avec ce Monsieur, qui s'avérera mon parrain par la suite. Je l'invite à la maison et on parle librement de toutes mes interrogations. Toujours pas de signature à l'issue de cet échange autour d'un expresso. Je préfére débriefer avec Madame.

Comment est ce possible? Ce job rassemble tous les mots de la liste du boulot idéal. Pas besoin de qualifications, âgé de 18 à 88 ans. Et chose à laquelle je n'avais pas pensé, je pourrai même léguer mon affaire à mon enfant. Excellent!

Je réfléchis, me renseigne encore et encore. Un mois se passe et pas d'appel, pas de relance, pas de forcing.... RESPECT.

Je décide de le rencontrer à nouveau pour signer finalement mon agrément. L'année 2019 sera pour moi une année charnière. Et comme j'aime bien aller au bout des choses, je commence une formation en naturopathie pour une reconversion professionnelle complète.

Si vous aussi, vous souhaitez en savoir plus sur ce travail, n'hésitez pas à me contacter! On pourra échanger par téléphone, par écrit, par Skype ou même prendre un rendez-vous pour se rencontrer! Comme cela vous arrange. Je serai ravi de partager mon aventure avec vous et qui sait, peut-être travaillerons nous ensemble?

Ci-dessous une vidéo d'un témoignage d'une personne ayant 5 ans d'expérience dans la société.

Prenez Soin De Vous!

Laurent Cailler  Conseiller-Distributeur Forme-Bien-être dans le Loiret (45)

0602221170

©2019 by Laurent Cailler. Proudly created with Wix.com